Parler en public : le mythe de l’impro !

A propos de la prise de parole en public, j’entends souvent parler de talent ou de facilité. Et immanquablement suivent ces questions : ” A quoi bon se préparer à parler en public quand on est à l’aise ? Pourquoi ne pas miser sur la spontanéité ? N’est-ce pas ce que nous faisons au quotidien ? “

 

Parler en public : d’abord une question d’entrainement

 

Un début de réponse pourrait être : a-t-on déjà vu un musicien donner un récital sans avoir travaillé ses partitions ? Viendrait-il à l’esprit d’un comédien de monter sur scène sans avoir appris son texte ?

Chaque art exige d’en maîtriser les techniques et l’art oratoire ne déroge pas à la règle.

C’est ce que Gilles a réalisé il y a quelques mois lors d’un accompagnement de Pitch361. Il s’agissait de préparer une prise de parole à fort enjeu auprès d’investisseurs.

Dirigeant exigeant, diplômé d’HEC et expert reconnu, Gilles est à l’aise à l’oral. Doté d’un langage soutenu, il bénéficie d’une belle présence. Pour lui, intervenir en séminaire, répondre à une interview ou soutenir un dossier en comité de direction paraît une formalité.

Gilles se désole pourtant : il ne semble pas aussi entendu qu’il aimerait. Il se sent parfois inefficace et incompris. Il regrette aussi que les medias “ ne retiennent que des points anecdotiques alors qu’il partage tant d’informations cruciales.

Et si Gilles souffrait du mythe de l’improvisation ?

Une dose de bagou, une pincée de charisme, quelques notes griffonnées sur un post it… Et le tour est joué ? Attention à l’excès de confiance !

Pas de place pour l’improvisation

 

Tout bon comédien vous le dira : ” En théâtre d’improvisation,  pas de place pour l’impro ! ” Rappelons d’abord que le mot improvisation vient de l’italien “improvvisare” qui signifie ” ne pas prévoir “.

Et si l’orateur ne prévoit pas, alors comment s’assurer du bon message à adresser ? Sur quels exemples concrets appuyer son argumentation ? Comment maîtriser le timing et répondre avec justesse aux questions inattendues ?

Avoir une bonne oreille ne dispense pas le pianiste de répéter ses gammes assidûment.

Prendre la parole exige le même travail. Cela permet d’atteindre l’objectif suprême d’une prise de parole réussie : donner envie ! Selon les cas, donner envie aux équipes de s’engager avec vous. Inciter les clients à signer le contrat. Motiver les candidats à vous rejoindre. Inviter les investisseurs à vous suivre. Convaincre le comité de direction de vous donner le feu vert. Aider les medias à relayer vos infos.

Pour cela, maîtriser les techniques et se préparer est incontournable. Et si vous pouvez miser sur certaines “facilités”, alors votre plaisir à prendre la parole n’en sera que plus grand ! Comme ce fut le cas pour Gilles devant ses investisseurs.

Frédérique Broquaire-Laisné, Dirigeante Pitch361. 07/01/2020



Nous contacter

Par: pitchcom

Date: 07 - 01 - 2020