Interview télé/radio : qu’est-ce qu’un bon client ?

InterviewL’avez-vous remarqué ? En interview, les médias font souvent appel aux mêmes spécialistes. En tant qu’auditeur ou téléspectateur, on assiste à un ballet d’experts qui vont de plateau en plateau pour témoigner. Car les journalistes sollicitent d’abord ceux qu’ils qualifient de « bons clients ». Alors, un bon client, c’est quoi ?

Le bon client sait et sait l’exprimer simplement

En interview, un « bon client », c’est d’abord quelqu’un qui détient un savoir spécifique que le journaliste veut mettre en avant. Ensuite le « bon client » doit être capable de vulgariser les concepts les plus abscons. N’oublions pas que la première mission d’un journaliste, c’est d’informer. Sur un plateau de télévision ou dans un studio de radio, un animateur soucieux de son audience évite autant que possible d’inviter des experts qui pourraient raconter des âneries, de surcroît confuses ! Donc un bon client est avant tout celui que tout le monde comprend. Mais ça ne suffit pas.

En interview, passion et émotion

C’est l’enthousiasme qui fait la différence entre un « bon client » et un « client passable ». Un expert sinistre peut rapidement devenir le cauchemar éveillé d’un journaliste. La courbe d’audience de son émission plonge alors en direct. Au contraire, un discours passionné, généreux et fluide se voit à l’antenne et s’entend sur les ondes. Tout le monde est suspendu aux lèvres de celui qui le tient. Encore plus apprécié : l’expert qui fait passer ses émotions avec retenue et délicatesse et qui a le sens de la formule. Un petit supplément d’âme qui ravit les journalistes. Ils ne détestent pas l’humour non plus quand les sujets le permettent. En revanche, le « client » qui « en fait trop » agace rapidement. On se pose alors la question de la légitimité et de la sincérité d’un intervenant trop théâtral.

Patience et précision : ultimes traits du « bon client »

Répondre aux questions souvent candides du journaliste sans se départir, ni s’exaspérer est aussi une qualité. L’interview est une interaction humaine entre un « qui sait » et l’autre « qui veut savoir » ou « feint de ne pas savoir ».  C’est le jeu et chaque protagoniste accepte ces règles tacites. Rien n’est plus désagréable que d’avoir le sentiment d’assister à une humiliation en direct et par rebond d’être pris soi-même pour un idiot. Enfin, le « bon client » est d’une précision d’horloger. Il fait son maximum pour respecter le timing de l’émission. Si le journaliste lui demande de répondre en deux phrases, il reste sur une phrase de type : « sujet, verbe, complément ». Et s’il lui demande de conclure en trente secondes, c’est une conclusion dans ce timing qu’il offre à l’auditoire.

Quand un expert coche toutes ces cases, son statut de « bon client » fait le tour des rédactions. Il ne tarde pas à multiplier sa présence sur les plateaux. Il assure ainsi avec talent sa mission de porte-parole.

Patrick LEBRETON, journaliste et consultant pour Pitch361. (crédit photo : Shutterstock)



Nous contacter

Par: pitchcom

Date: 20 - 12 - 2020