Balayer les idées reçues sur la prise de parole en public

prise de paroleA chacune de vos prises de parole en public vos jambes flageolent, vos aisselles sont moites, votre cœur bat la chamade. Pas de panique : rien d’insurmontable ! Avant même de maîtriser les techniques de prise de parole en public, si vous en finissiez avec les idées reçues génératrices de stress ? Autant d’obstacles faciles à éliminer qui vous ouvrent la voie vers une prise de parole réussie.

 

L’art oratoire est un don

Eh bien, non ! On ne naît pas bon orateur. Assurément certains se prêtent à l’exercice plus facilement que d’autres grâce à une inébranlable confiance en eux depuis l’enfance. Mais ils ne sont pas nombreux et capter l’attention d’un public est essentiellement une affaire de travail et de pratique.

Les meilleurs discours sont appris par cœur

Pas systématiquement, car vous n’êtes pas acteur : rien de pire que d’écouter un intervenant qui récite mécaniquement son texte. Il n’y a plus d’âme, ni de « vie ». Même si le fond est passionnant, le public passera à côté. L’idéal est plutôt d’avoir bien en tête son message essentiel : il est un véritable fil rouge, de connaître exactement son accroche (le début de son discours) et sa chute (la fin de son discours). Sans quoi, le risque est de commencer par un « bon ben je vais vous parler de … » et de finir par un « voilà… », deux formules peu percutantes, non ?

Les introvertis sont de médiocres orateurs

Faux. Par définition, les introvertis sont plus orientés vers leur monde intérieur que les extravertis. L’introversion n’a donc rien à voir avec la timidité, qui, elle, est un obstacle pour la prise de parole en public. Les introvertis ne doivent pas chercher à haranguer la foule comme les extravertis mais rester eux-mêmes, calmes, réfléchis et ils happeront l’attention de leur auditoire. Bill Gates, orateur reconnu n’est pas exactement un parangon d’extraversion.

Le trac disparait avec l’expérience

Faux. La poussée d’adrénaline avant une prise parole en public est une réaction physiologique naturelle qui doit être acceptée et maîtrisée. Le trac resurgira dans toutes les situations similaires et il est donc conseillé d’apprendre à le dompter. Mieux : à l’utiliser pour se surpasser !

Être à l’aise à l’oral suffit pour faire un bon discours

Archi-Faux.  Certes, l’aisance est importante voire capitale pour bien parler en public. Si elle vient naturellement, c’est tant mieux. Mais elle ne suffit pas. Une structure de discours solide et éprouvée, la construction d’un message essentiel limpide, un travail sur le non verbal et son attitude devant un auditoire sont tout aussi nécessaires.

Et si le secret d’une prise de parole réussie était aussi celle qui respecte l’ADN de l’orateur ? Celle qui vous autorise et vous incite à mettre du naturel dans votre discours ? Bonne nouvelle : cette humanité peut se travailler. Votre authenticité se retrouvera alors aussi bien dans vos mots que dans votre attitude de sorte que votre intervention marquera ceux qui l’ont écoutée.

Patrick LEBRETON, journaliste et consultant pour Pitch361.

 

A LIRE AUSSI :

Parler en public sans stress : une fausse bonne idée

Parler en public : le mythe de l’impro !



Nous contacter

Par: pitchcom

Date: 25 - 06 - 2020